Entrevue avec Yvan Cournoyer

7 décembre 2008

yvanstanley.jpgYvan Cournoyer travavaille dans une brasserie depuis sa retraite, il y a de cela bien longtemps… Devinez quoi, j’y suis allez, et je les rencontré! Quelques semaines plus tard, j’y suis retourné, armé de questions préparés, plus précisément 12, comme son ancien numéro, question de créer une thématique, et je lui demandé une petite entrevue, et celui-ci me l’a accordé… 

Fanduhockey : Pouquoi le 12?

YC : À l’instar de Dickie (Moore), c’est le numéro qu’on m’a donné.

Fanduhockey : Que signifie pour vous le numéro 12 ?

YC : Maintenant, il me suit partout. Le numéro de mon ancienne brasserie était le 637-1212 et le numéro de mon téléphone cellulaire contient également le « 12 ». C’est devenu une partie de moi.

Fanduhockey : Vous avez remporté dix coupes Stanley, une de moins que le record de 11 détenu par Henri Richard. Est-ce qu’une des conquêtes a plus de valeur à vos yeux ?

Fanduhockey : Même si celle de 1973 est très spéciale car j’avais ravi le Conn Smythe, la première conquête est difficile à battre alors que tu peux enfin soulever la coupe au bout de tes bras. Bien que je n’étais qu’une recrue en 1965 et je n’avais pas eu beaucoup de temps de glace, on ne gagne la première qu’une seule fois.

Fanduhockey : Quelle équipe détestiez-vous le plus affronter?

YC : À l’époque, on affrontait chaque équipe à 14 occasions ! Donc, cela ne prenait pas beaucoup de temps avant de détester tous nos adversaires, mais les Maple Leafs viennent en tête de lice. Cela dépassait l’affrontement entre les deux équipes, c’était l’affrontement de deux villes. Encore aujourd’hui, les partisans de Toronto sont incroyables. Les Maple Leafs doivent mener la ligue au chapitre des coupes Stanley remportées avant le début de la saison.

Fanduhockey : Comment était-ce de participer à la « Série du siècle » en 1972 contre l’Union soviétique?

YC : Les gens pensent que nous exagérons lorsque nous disons qu’il s’agissait d’une guerre, mais exactement ce que c’était. C’était davantage que huit parties de hockey. C’était l’affrontement de deux solitudes et deux façons de vivre. Nul doute que je n’oublierai jamais cette expérience.

Fanduhockey : Vous avez été invité en Russie pour célébrer le 30e anniversaire de la série historique, comment cela s’est-il déroulé ?

YC : Lorsque j’ai appris que j’étais le seulement joueur canadien invité, je me suis dit que c’était en raison de la consonance russe de mon prénom Yvan. Sérieusement, c’était un réel honneur pour ma femme et moi et nous avons passé un moment magnifique. Je dois admettre que l’accueil fut plus chaleureux qu’en 1972 alors que nous n’étions pas en sécurité de marcher dans la rue.

Fanduhockey : Vous avez dû être patient lorsque vous avez percé l’alignement à l’âge de 20 ans au milieu de la décennie 1960, que pensez-vous que tant de recrues avec les Canadiens ont la chance de contribuer cette année ?

YC : C’est de la façon que cela devrait être. Lorsque je suis arrivé, des vétérans comme Jean Béliveau et Henri Richard m’ont montré la voie et ce fut à mon tour de prendre le relais lorsque des jeunes comme Guy Lafleur et Larry Robinson se sont joints à l’équipe. Les jeunes qui grandissent au sein de votre organisation sont les fondations de votre franchise.

Fanduhockey : Que pensez-vous de la « nouvelle » Ligue nationale de hockey?

 

YC : C’est fantastique. Pour être totalement honnête, j’avais de la difficulté à regarder une partie en entier au cours des dernières années, mais cette année, après trois périodes, je ne suis pas rassasié. On peut déjà percevoir un changement : ceux qui ne peuvent patiner ne feront pas long feu dans la LNH et ça devrait être ainsi.

Fanduhockey : Plusieurs personnes pensent qu’il y a beaucoup de punitions qui sont appelées cette année, abondez-vous en ce sens?

YC : Vous pouvez me croire, il est beaucoup facile, surtout pour les joueurs au gabarit imposant, d’accrocher et de retenir son adversaire. Maintenant, vous devez le rejoindre pour l’arrêter, vous ne pouvez pas arrêter de patiner. Il y aura certainement une période d’adaptation. C’est certain qu’il y a beaucoup de jeux de puissance, mais je ne plaindrais pas si j’étais sur la glace aujourd’hui. À l’époque, j’étais reconnu comme un spécialiste en la matière, donc je serai toujours sur la glace de la façon dont les rencontres sont arbitrées.

Fanduhockey : Croyez-vous que l’arrêt de travail pendant un an a été bénéfique?

YC : Oui,absolument ! Bien entendu, ce fut terrible de ne pas avoir de hockey durant une saison complète, mais le jeu s’est réinventé par lui-même. Si seulement une portion de la campagne 2004-2005 avait été annulée, il n’y aurait certainement pas eu autant de changements. La pilule a été difficile à avaler, mais en bout de ligne, ça en a valu la peine. 

Fanduhockey : Quel joueur de la formation actuelle vous impressionne le plus?

YC : J’adore les joueurs rapides donc je suis impressionné par le jeu de Chris Higgins jusqu’ici. C’est un très bon patineur et j’aime sa robustesse. Il ne se laisse pas bousculer.

Fanduhockey : Comment vous gardez-vous occupé aujourd’hui?

YC : Mon rà´le d’ambassadeur des Canadiens fait en sorte que je voyage beaucoup. J’étais à Toronto pour affaires la semaine passée. J’ai toujours dit que j’ai joint les Canadiens à 17 ans et que ma carrière s’est terminée trop tà´t à 35 ans, mais cette organisation a toujours été comme une famille à mes yeux. Je promène dans le Centre Bell et je me sens comme à la maison.

Chris Phillips serait-il envisageable?

6 décembre 2008

075942561.jpgLe 9 Novembre dernier, j’écrivais un article sur le fait que le Canadien devrait aller se chercher un quatrième défenseur:

(http://fanduhockey.unblog.fr/2008/11/09/vivement-un-quatrieme-defenseur/).

Phillipe Boucher, François Beauchemin, et Jay Bouwmeester figurait dans mon top 3.

Depuis, une alternative s’est fait chez le tricolore, et j’ai nommé… Mathieu Dandenault. L’ancien attaquant a retrouvé sa position naturel, ou il semble bien à l’aise, en tous cas, plus qu’un certain Ryan O’byrne. Mais bon, comme je disais, Dandenault ne peu pas avoir un impact majeur en défensive et produire régulièrement en offensive. Je ne le califérerait pas de bouche-troue, mais plutot d’un plan C, et non d’un plan B. 

Comme je le dis ci-haut, Boucher, Beauchemin, et Bouwmeester faisait parti de mon top 3. Cependant, Beauchemin est tombé au combat pour le reste de la saison, et Boucher à été échanger au Peingouins de Pittsburgh. Il reste donc, Jay Bouwmeester, mais pour moi, il restait un plan B, en raison de sa vitesse d’execution, qui laisse à désiré, et du fait qu’il tente toujours des choses qui pourrait provoquer des revirements. Mais bref, Bouwmeester restait un plan B, et on le sais tous, un plan B ne vient jamais sans un plan A, qui lui est blessé à long terme. 

C’est la que Chris Phillips entrerait en scène, oublions sa bourde lors de la finale de la Coupe Stanley, et pensons au points forts. Il a beaucoup d’expérience, plus précisément 10 ans d’expériences, il a un gros gabarit, bloque souvent les lancer adverse (13ieme à se chapitre l’an passé), et est un défenseur défensif, qui est capable de marquer si necéssaire, et qui est facile à dirigé. Seul petit pépin, c’est qu’Ottawa n’est pas prêt de s’en débarassé de si tôt, lui qui prend les bouchés doubles depuis le départ de Wade Redden. J’y est cependant bien réfléchi, et les Sénateurs sans Phillips pourrait survivre. Filip Kuba est extraordinaire et est officiellement le défenseur numéro des Sénateurs. Ceux-ci peuvent également compter sur l’exellent Anton Volchenkov, ainsi que le respectable Jason Smith. Deplus, la direction d’Ottawa disait avoir effectué un vol en allant chercher Erik Karlsson, un défenseur très offensif, au 15ieme rang du repêchage l’an passé. Sa serait l’occasion rêver pour les Sénateurs de montrer qu’ils avaient raisons en faisant saliver les autres équipes. Et puis, n’oublions pas Alexandre Picard qui progresse très bien.

Évidement, la même question reviendrait, qui écoperait chez le tricolore? C’est sur qu’il faudrait envoyer un défenseur pour compenser de Phillips, je vous voix venir… O’byrne! En fait, j’avais plutot pensé à Brisebois ainsi que le jeune Alex Henry, je sais qu’il n’a pas eu le temps de faire ses preuves à Montréal, mais trop de jeunes défenseurs passent avant lui. Pour finir, j’enverrais un choix de troisième ronde, ou de de deuxième si sa ne leur satisfait pas, ainsi que Tom Kostopoulos. Chris Phillips, un espoirs de Sens et/ou un choix au repêchage serait en retour, question de faire équilibrer la balance. Oui, c’est bien dommage pour Brisbois, mais O’byrne n’envi personne dans la Ligue National, c’est donc Brisebois qui devrait payer, puisque Boullion, Gorges, Hamrlik, Komisarek et Markov sont selon moi intouchable chez le tricolore. Pour les choix de deuxième ou troisième ronde, il n’y a rein a dire, appart qu’on a plus besoin, vu la troupe de loup qui règne à Hamilton. Finalement, pour Kostopoulos, et bien il ne nous offre rien qui vale, et puis, D’agostini fait tellement bien… 

Bref, vous le devinerez, Phillips est maintenant mon plan A, Bouwmeester mon plan B, et Dandenault mon plan C, mais, encore une fois, c’est à Bob Gainey de diriger!

 

Le cas D’agostini…

6 décembre 2008

76921441.jpgLors de la récente partie du 2 Décembre contre les Trashers d’Atlanta (gain du tricolore 5-4), Guy Caronneau avait décidé d’envoyer Sergei Kostitsyn et Guillaume Latendresse sur la passerèlle, en raison de leur manque de travail. Le lendemain, fort d’une deuxième chance, la recrue Matt D’agostini se reveillait avec son premier but dans la Ligue National en main. Évidement, ceci n’a fait qu’obliger Guy Carbonneau à, encore une fois, laissé Latendresse et Kostitsyn sur la galerie de presse pour laisser place à D’agostini, en esperant qu’il réalise les mêmes choses produitent 48 heures plus tôt. Non seulement il a à nouveau accompli la tâche, mais il à doublé la mise, aidant le tricolore à l’emporter 6-2 sur les Rangers, au Centre Bell, en récoltant deux points (un but, une passe).

Guy Carbonneau se retrouve donc avec un heureux problème entre les mains, car, il faut le dire, deux des ses meilleurs attaquants risque de regarder le match dans les estrades pour une troisième fois d’affilé, ce qui ne doit évidement pas plaire aux principaux intéressé…
« Son arrivée a insufflé à l’équipe une dose d’énergie semblable à celle qu’on a eue quand Sergei s’est amené la saison dernière, a souligné Carbonneau. Sergei a bien fait et il est resté avec nous jusqu’à la fin de la saison. On espère que Matt va l’imiter. Il a très bien fait jusqu’à maintenant. Il nous force la main de l’utiliser. » Dit l’entraineur du Canadien dans une entrevue accordé au réseau des sports.

De mon opinion, je crois que ces mots veulent exprimé ce qu’on battit autour de D’agostini, non seulement ont veut qu’il nous aides, mais ont veut qu’il nous sortes de cette tropeur chez le tricolore. Et pour l’instant, sa semble bien marché en compagnie de Saku Koivu et Andrei Kostitsyn. 

Mais imaginez-vous ce que doivent ressentir Guillaume et Sergei. Pour Guillaume, et bien , D’agostini lui vol sont joueur de centre, et pour Sergei, D’agostini lui vol l’ailier avec lequel il a le plus de complicité, c’est-à-dire, son frère. Alors je me suis demander si cela pouvait briser un peu l’esprit d’équipe et amener la compétition en dehors de la patinoire? 

La réponse à ma question m’est automomatiquement venu en tête, la réponse: Aucunement. Ces joueurs sont quand même des professionelles et doivent affronté la dur réalité du hockey, il ne sont pas tous des Mikahil Graboski de ce monde, et son capable de gérer ça. C’est sur qu’il ne peuvent pas s’empêcher d’être déçu et frustré, mais ne peuvent en vouloir à D’agostini, je veux dire, le gars attend son tour depuis trois ans, et eux, quand il obtient sa chance, chialerait parceque ils resteraient sur la pacerelles trois matchs? Quelques chose ne serait pas normal, et heureusement, il ne sont pas comme sa…

Alors esperons que D’agostini poursuive sont rêve, sans empêcher à Guillaume et Sergei de continuer le leur, imaginez-vous, une première coupe Stanley a sa première siason dans la LNH!

Image de prévisualisation YouTube

Que ce passe-t-il à Dallas?

4 décembre 2008

images.jpgÀ la fin du mois de mai, les Stars de Dallas ont été éliminé en final de conférence rassuré. Rassuré, car ont savait que la prochaine saison serait un succès. Tout pouvait l’indiquer, une défensive respectable, un bon portier en Marty Turco, et des attaquants de premier plan (Ribeiro, Richards, Modano, Morrow), et en plus, ont venait de faire l’acquisition de l’exellent Fabian Brunnstrom, que demander de mieux?

Et bien semble-t-il que ce n’est pas suffisant pour les Stars, au moment ou ont se parle, l’équipe du Texas traine au tout dernier rang de l’association ouest. Avons-nous parlez trop vite chez les Stars? La réponse est assurément oui, car pour le moment, tous ce que leur club nous prouves, c’est qu’il sont bon sur papier mais pas sur la glace. Un situation similaire au Canadien? Je ne crois pas, car le Canadien réussi à amassé les points malgré le manque d’effort, tandis qu’à Dallas, ont n’a rien en faisant rien.

Sean Avery est-il la source du problème? Ses distractions, sont-ils si affectantes au moral du club? Si ce n’est que cela, les joueurs peuvent facilement ce débarasser de lui, simplement en passant un petit coup de fil à leur directeur général, et le tour est joué. Je ne crois donc pas que Sean, malgré son inutilité, soit la cause de ce revirement de situation.

Dans le fond, tous ce qui se passe à Dallas, c’est un cercle vicieux, je m’explique.  Les Stars ont d’eu s’implement avoir joué une très mauvaise partie (prenons exemple du revers de 6-2 contre San Jose), ce qui leur ont fait perdre le moral. Une fois le moment venu de disputer le prochain match ,vu leur confiance abaissé, ils jouent avec encore moin d’assurance, et s’ubissent un autre revers, ainsi de suite jusqu’à ce que l’équipe n’ai plus aucune confiance et embarque sur la glace démotivé…

En fait, ceci est plus une théorie que la réalité, car dans le fond, la chute libre que subi la troupe à Dave Tipett est un mystère… Esperons qu’ils retrouverent le chemin de la victoire, moi qui les voyait en final de la Coupe Stanley… 

Qui l’eut cru?

22 novembre 2008

untitled1.bmpIl y a quelques mois de cela, ont blâmais les Bruins de Boston de ne pas pouvoir compléter les succès de la ville en matière de sport. Car dans ce temps, les Celtics de Boston avaient gagné le championnat de la NBA, tandis que les Red Sox avait arracher le titre de champion de la Série Mondial, et finalement, les Patriots de la Nouvelle-Angleterre (État ou est situé Boston), avaient inscrit l’histoire en amassant une fiche parfaite de 16 vicoires et aucun revers. Les Bruins quant à eux, n’étaient pas en mesure de remporter quoi que se soi. Même pas une petite victoire contre le Canadien de Montréal, équipe qui les ont éliminés en séries éliminatoire.

Mais voilà que les Bruins place les autres équipes Bostonnaise dans l’embarat. En effet, avec une victoire par la marque de 4-2 sur les Panthers de la Floride hier, les Bruins ont fait taire bien des gens, puisque cette victoire représente la conquête du premier rang dans l’est, à égalité de 30 points avec les Rangers de New York, qui possède deux matchs d’avance sur eux.

Ces succès sont en majeure partie le fruit du travaille acharné qu’on offert les joueurs, mais plus particulièrement de Marc Savard et Phil Kessel. Savard, qui était « supposé » être sur le marché des échange en raison de son manque d’esprit d’équipe, nous démontre qu’il tient à resté à Boston. Effectivement, Savard est le troisième meilleur pointeur de la ligue en ce moment et les premier de son équipe, avec une récolte de 27 points en 20 parties joués. Pour ce qui est de Phil Kessel, la discipline à sans aucun doute pris le dessus sur son talent, sans l’éclipser, évidement. L’an passé, la direction des Bruins était septique après avoir repêché le jeune américain en première ronde, parceque celui-ci n’était pas en mesure de donner un effort et d’être sérieux, ont peu maintenant dire que c’est chose du passé, comme nous le montre ses statistiques (15 points en 20 matchs, occup le deuxième rang des pointeurs chez les Bruins).

Si cette très belle production continue ainsi, que le génie de Claude Julien continu à être fructueux, que l’énigme Tim Thomas ne soit pas résolu, et que les joueurs aient la volontée de gagner, tout peu arriver, même une coupe Stanley!  

 

Image de prévisualisation YouTube

Pourquoi respecter ses règlements qui n’existes pas?

21 novembre 2008

sergeconstantin.jpgPropos de Guy Carbonneau, suite à une troisième défaite en 5 matchs, celle contre la Caroline:

« C’est peut-être parce que les joueurs ont plus d’expérience. Ils ne sentent plus le danger d’être envoyés dans les estrades ou dans les mineures. On le ferait si les règlements étaient différents ».

Si les règlements étaient différents? Quel règlements? Quesse qui t’empêche d’envoyer un Ryan Obyrne ou Sergei Kostitsyn à Hamilton Guy? Je ne vois que du positif, Obyrne pourrait travailler sur ce qu’il doit améliorer (un peu de tout…), et Sergei, c’est simple, sa lui montrerait qu’il n’ait pas intouchable, qu’il n’est pas dans la classe des Markov et Kovalev tant qu’il ne travaillera pas. C’est sur, son séjour à Hamilton serait temporaire, comme celui d’Obyrne, mais serait peut être un peu moin long que ce dernier.

Sergei ne voudra évidement pas décevoir son entraineur à son retour à Montréal, et aura probablement compris qu’il ne doit pas; comme le mentionne le commentaire à Guy Carbonneau; se baser sur ses bonnes performances de l’an passé, et fera tout en son possible pour ne pas retourner à la petite école.

De plus, de véritables test pourront être fait au niveau des jeunes de Hamilton, des gars comme D’agostini et Weber serait les plus sensible à être rappeller, et, qui sais, peut être Weber sera la clé pour remettre l’avantage numérique sur ses railles?

Cette idée est selon moi loin d’être stupide, un petit retour dans la réalité ne fait jamais de tort, et réçament, le tricolore en à bien besoin. Sergei (Kostitsyn) et Ryan (Obyrne) ne servent que d’exemple, car n’oublions pas que n’importe qui qui ne travaille pas est touchable, c’est-à-dire, peut être transferer sur le quatrième trio, ou alors, pour les plus jeunes, être renvoyer à Hamilton pour remettre les choses à l’ordre.

Peut être qu’avec sa présence sur le quatrième trio Serge Constantin saisira le message?

Bref je suis convaincu que le Canadien réussira à se sortir de cette torpeur, ce n’est qu’une question de volonté.

Bonne saison à tous :)

C’est de ça qu’on veut mon Sergei! 

 

Image de prévisualisation YouTube 

Ajouter un ingrédient

20 novembre 2008

bobgainey.jpgLe Canadien de Montréal, depuis certains temps, semble oublier que cette année est une nouvelle saison, et ne fait confiance qu’à son talent. Résultat: une dernière semaine catastrophique et sans éthique de travail. Pourtant, plusieurs solutions sont à leur porté, que ce soit sur le marché des échanges, les joueurs autonomes, ou même la ligue américaine, et en plus, le canadien possède une très bonne monnet d’échange.

Transaction?

Pensons simplement aux Bruins de Boston qui tente de se débarasser de Marc Savard, ou bien à Drew Stafford, qui est à vendre à Buffalo en raison de ses nombreuses blessures. Mattew Lombardi ne fait lui n’ont plus pas très bien à Calgary présentement. Jarett Stoll pourrait être à envisager. Bref la marché des échanges serait une bonne solution, mais qui écoperait?

Hamilton pourrait être un option

Plutot que de ce casser la tête, pourquoi ne pas chercher vers un endroit plus près et plus accesible? Hamilton, l’avenir du CH, est une des meilleures options, cependant, celle-ci est à long terme, et le tricolore à besoin d’un joueur déjà établi et expérimenté dans la LNH. Les Max Pacciorety, Matt D’agostini, Yannick Weber et compagnie ne ferait par contre pas de tord à la troupe à Carbo.

Se tourner vers les joueurs autonomes?

Certains joueurs autonomes n’ont toujours pas signé de contrat professionel, et sont libres comme l’air. Brendan Shanahan, Mats Sundin, et Peter Forsberg son les plus mentionnés à ce sujet, mais pour ce dernier (Forsberg), sa carrière est compromise en raison d’une vieille blessure à la cheville. Quant à Shanahan, il se dit prêt à revenir dans la LNH, Bob Gainey s’est dit ne pas être intèresser, mais pourrait envisager cette option en raison des problèmes de l’équipe en ce moment.

Le Tricolore connait probablement et simplement une mauvaise phase que chacune des équipes traverserons cette années, cependant, un dernier élément serait nécessaire pour remporter les grands honneurs, et cet élément est probablement déjà rechercher par Bob Gainey. Le trouvera-t-il? Suivons cet histoire de près pendant que le CH se remet sur pied.  

 

Il est chanceux? Je ne crois pas non

19 novembre 2008

zednik83025.jpgQuand Richard Zednik a-t-été repêché au 249ieme rang en 1994 par les Capitals de Washington, il ne pouvait pas s’imaginer ce qu’il aurait à endurer, il faut dire que, malgré son talent, le tchèque ne l’a pas eu facile.

Deux accidents nous viennent automatiquements en tête, soit la comossion cérébral qu’il a subi suite a une vicieuse mise en échec de Kyle Mclaren; incident qui, selon plusieurs, à transformé le Richard Zednik des belles années, et le coup de patin que Oli Jokinen lui à accidentellement servi, accident qui aurait bien pu être le dernier moment de sa vie. Il y également le départ de son meilleur ami Jan Bulis vers l’Europe dont on ne parle moin.

Vous ne remarquez pas qu’on ne semble dire que Zednik est « chanceux » à tout bout de champs? Mais pourquoi est-il toujours aussi chanceux? Car il est malchanceux. Sa peux paraître étrange, mais la carrière de Richard Zednik, sans toutes ses mésaventures, ressemblerait à quoi? À une simple saison de 30 buts et 4 changement d’adresse en 3 ans. Rien de bien exitant non?

Eh bien le vie en à décidé autrement et à penser, le 10 février 2008, qu’une balade en ambulance, le gorge ouvert, serait bénéfique pour le joueur Banska Bystrica, qui n’avait rien à vendre pour les stations télés.

Malgré tout, l’homme à la carotide de fer est toujours en vie, à toute sa tête, et joue encore au hockey, après 13 fidèles années, dans la ligue national.

Les 4 dernières années ont été loin d’être facile pur le père de famille, après avoir subi l’assault d’un tanks salaud nommé Kyle McLaren, un départ crève-coeur de son meilleur ami vers l’Europe digne des roman amoureux, et après avoir éviter la mort suite à la coupure de la lame finlandaise de Oli Jokinen, tout se qu’on trouve à dire de lui c’est:

Ce qu’il est chanceux!

Je préfère l’aplaudire pour qu’il est continué sa passion malgré l’horrible chemin qu’il a parcouru. Richard Zednik est une énigme, qui à décidé de rester collé au hockey ainsi qu’à la vie.

Bravo à monsieur Zednik, qui ne se laisse pas abatre, et qui est un exemple à suivre

Il est chanceux vous dites? 

Image de prévisualisation YouTube

 Encore chanceux?

Image de prévisualisation YouTube

 

Melrose est déjà remercié

15 novembre 2008

melrosebarryap080624.jpgLe 23 juin dernier, suite à plusieurs « bonnes » acquisitions, on croyait que le Lightning de Tampa Bay serait relancé et serait en voie de faire les séries éliminatoires, chose qui n’a pas été proche d’arriver du tout l’an passé! Cependant, qui dit bonne équipe dit bon entraîneur, et ce n’était pas le cas à l’époque, alors que cette  »équipe la Floride » était toujours sans entraîneur, puisque le médiocre John Tortorella avait été congédié. C’est donc Barry Melrose qui aurait été l’homme de fer et de confiance, selon la direction du lightning.

 

Melrose avait déjà beaucoup d’experience dans la LNH, lui qui avait dirigé Wayne Gretzky et les kings de Los Angeles, qui s’étaient dailleurs rendu en final de la coupe Stanley en 1993 mais qui avaient échoué à la dernière épreuve, celle des Canadien de Montréal.

 

C’est donc le 14 novembre, après 16 matchs  à la barre du lightning, que « l’homme de fer » à atteint son point de fusion. Après un rendement de 5-7-4, le Directeur Général de Tampa, Brian Lawton, à manqué de patience et à jugé que Melrose n’était pas celui qu’il croyait en constatant le 13ieme rang qu’occupe présentement le Lightning, et l’a renvoyé.

 

Il sera donc temporairement remplacé par son assistant Rick Tocchet, le temps de déniché un nouvel entraineur qui ne sera pas congédier après 16 matchs. Ont dit que John Paddock, Bob Hartley, et Ted Nolan serait en présente négociations avec le lightning.

 

Comment envoyer nos joueurs préférés au match des étoiles en 3 étapes faciles!

14 novembre 2008

340x.jpgDepuis le 11 novembre dernier à midi pile, tous les internautes fan de hockey pouvait voter sur le site NHL.com pour le ou les joueurs qu’ils voulaient voir au match des étoiles.

Un simple journée plus tard, les six joueurs en nomination pour le Canadien de Montréal sont les favoris pour aller jouer au centre bell avec les autres étoiles de l’est dès le 25 janvier prochain, mais attendez, la n’ai pas le mystère, c’est que les six joueurs mennaient le circuit Bettman avec 100 000 votes de plus que tous les autres jouers de la ligue. Même Roman Hamrlik, qui n’était même pas en nomination, recevait déjà 15 000 votes.

Évidement, ceci fut le manchettes et parler bien des analystes, experts et surtout partisants, qui ne s’attendait pas du tout à une tel masse de vote.

C’est cependant aujourd’hui que l’enquête se termine. En effet, un script, que nous pouvons tous télécharger sur internet, rôdait sur le net depuis quelques jours. Celui-ci permet de voter automatiquement pour les joueurs du Tricolore.

Voici comment envoyer son joueur favori au match des étoiles en 3 étapes faciles!

  1. Téléchargez le module GreaseMonkey pour FireFox et installez-le (nécessite un redémarrage de votre navigateur).
  2. Allez vous inscrire au vote pour le Match des Étoiles, et connectez-vous à votre compte
  3. Rendez-vous sur cette page pour afficher le script à utiliser. Ce dernier sera automatiquement détecté par Greasemonkey et vous n’aurez qu’à l’approuver

C’est donc dire que nos glorieux ne sont pas si glorieux qu’on serait porter à le croire. On aura au moin le temps de rêver jusqu’à ce que la Ligue National intervienne.

Cet internaute en a fait rêver plusieurs, bien que personne ne sais encore sont identité, ce malin à choisi des joueurs réaliste afin de les aider à tricher (sans leurs intentions), imaginez-vous Sean Avery récolter 190 000 votes après près de 4 jours de campagne?

Tous ces votes risque donc de tomber à l’eau, et nous risquons de tomber dans la réalité des choses. De toute façon, tout ce qui se serait passer si ils avaient tous été élu, c’est qu’on aurait vu une partie du canadien à domicile!
C’est quand même mieux de voir ce genre de partie:

Image de prévisualisation YouTube

123